Créer mon blog M'identifier

J'ai vu : Hunger Games l'Embrasement

Le 28 novembre 2013, 13:41 dans Culture 0

Lorsque le début du tournage de Hunger Games l’Embrasement a été annoncé, je n’attendais pas le film fébrilement, car l’adaptation du premier volet m’avait laissé un goût amère. J'avais été très déçue et je ne m’attendais pas à quelque chose d’extraordinaire, capable de « rattraper » les bases modifiées dans le premier film.

Et puis, j’ai appris que Gary Ross ne reprenait pas les rennes – et même si beaucoup ont déploré cette nouvelle, je m’en suis réjouie : finalement, un nouveau réalisateur sauvera peut-être ce deuxième film ! (attention, je reconnais que le premier film, malgré ses défauts, avait développé des aspects non présents dans le livre qui étaient bienvenus).

Hier soir, je suis donc allée voir Hunger Games l'Embrasement, et je dois dire que cette fois-ci, je ne regrette pas !

Sous la main de Francis Lawrence, la mise en scène correspond bien plus à l’idée que je me faisais des districts, Panem, et surtout des jeux. Car oui, la mise en scène, c’était le point noir numéro 1 du premier opus pour moi. Ici, exit les caméras tremblotantes qui ne laissent presque rien voir. La violence, la souffrance et la douleur nous sont dévoilés plus directement (en restant regardables, on n’est pas dans un film censuré non plus), et les acteurs sont bien dirigés avec Jennifer Lawrence qui nous donne une belle prestation (SPOILER : thumbs up pour la scène où elle est déchirée en apprenant qu’elle sera de nouveau moissonnée) mais aussi Jena Malone qui m’a totalement convaincue en Johanna.
Mais surtout, et là c’est tout de même une différence par rapport au premier volet, le livre est RESPECTÉ !! o/ Et là, je dois dire que j’ai été bluffée car la représentation de certains lieux correspondaient même exactement à ce à quoi je m’imaginais en lisant, et c’est assez agréable lorsque ça se produit !

Mon avis sur de nombreux aspects est donc certes, de ce fait, totalement subjectif, mais pour le coup, ils ont réussi à adapter les bonnes idées non présentes dans le livre du premier film, à savoir nous montrer les « coulisses » du jeu, idée ingénieuse et apportant un regard différent, tout en respectant la source au maximum.

Pour ceux qui n’auraient pas lu le livre – comment ? mais dépêchez-vous ! XD –, oui, la plus grande partie porte sur les événements ayant lieu avant les 75ème jeux, évoque peu la révolte en cours et s’attarde plus sur les sentiments de Katniss et l’évolution des personnages. Et cet aspect plus axé sur le psychologique est bien conservé : comme je l’évoquais plus haut, on ressent l’évolution des personnages principaux, depuis les petits actes apparemment insignifiants d’Effie qui la rendent plus humaine à la carapace apparente que s’est forgée Katniss mais qui est pourtant fragile depuis les 74ème jeux. J’adore aussi toujours autant Donald Sutherland dans le rôle du président Snow, avec son regard froid et calculateur (oui, de toute façon M. Sutherland a vraiment la tête de l’emploi :þ).

Une très bonne adaptation donc, que je ne peux que conseiller. Elle m’a même donné envie de relire la trilogie que je vous conseille de lire d’ailleurs, si vous ne l’avez pas encore fait !

Premier post sous le signe des jeux vidéo !

Le 16 novembre 2013, 14:40 dans Culture 0

 

Enfin !

 

Je me lance dans l’aventure Hellocoton, après avoir longtemps été simple lectrice. L’envie ne me manquait pourtant pas, mais sur quels sujets pouvais-je bien me prononcer ? Écrire est parfois pour moi un fardeau (oh, mon mémoire peut en témoigner…) et par peur de ne finalement pas maintenir un certain rythme, j’ai finalement délaissé l’idée d’écrire des articles. Mais finalement, est-ce bien nécessaire d’entretenir un espace qui est aussi (un peu) personnel, régulièrement ? Pourquoi ne pas écrire sous le coup de l’inspiration et des envies du moment ? C’est aussi cette optique qui me (re)motive à taper ces lignes. Mon blog se constituera donc majoritairement d’articles sur des sujets, coups de cœur (ou gueule, qui sait) et envies du moment, qu’ils soient geeks, culinaires, cinématographiques ou girly !

 

Pour ce premier article, j’ai décidé de le placer sous le signe des jeux vidéo, et plus exactement de la DLC Burial At Sea (Tombeau sous-marin en VF) de Bioshock Infinite.

 

Rappelons tout d’abord brièvement le contexte.

Dans cette DLC, nous retrouvons nos deux protagonistes de Bioshock Infinite dans l’univers du premier Bioshock, la ville sous-marine de Rapture. Booker DeWitt, qui est  toujours ici détective privé, est sollicité par Elizabeth – apparemment plus mature que dans Infinite – pour retrouver une enfant, la petite Sally…

Avec Burial At Sea, le plaisir de reprendre les commandes du jeu est bien présent. Retrouver Rapture, magnifiée avec le moteur graphique de Bioshock Infinite est vraiment une expérience plaisante. J'ai pris beaucoup de plaisir à arpenter la ville avant sa chute, ainsi que les locaux de Fontaine, déjà engloutis et dévastés, sous un nouveau jour. En bref, c’est toujours aussi prenant de parcourir l’univers de Rapture et de fouiller à droite et à gauche (se faisant, j'ai dû mettre environ 4h pour finir la DLC en mode Difficile, contrairement à d'autres tests qui ont mentionné 1h30 de jeu en ligne droite).

Je ne m'attarderai pas sur le fait que le jeu ne soit disponible qu'en VOSTFR, car j'avais joué à Infinite en VO et il en va de même pour Burial At Sea (j'avais bien essayé en français, mais autant dire que la voix française de Castle pour Booker, avec des intonations qui ne correspondent vraiment pas au personnage à mon goût, c'était dur ! D’ailleurs je m’excuse par avance si certains termes que j’utilise dans cet article sont en anglais - j'indiquerai leur traduction française lorsque je m'en souviens). Je regrette tout de même qu’on ne puisse pas faire défiler la transcription des enregistrements audio dans le menu dédié (à moins qu’il ne s’agisse d’un souci sur mon PC ?).

J’ai quand même noté quelques points noirs dans la finition du jeu, ou plutôt devrais-je dire dans l’ « Infinitisation » d’éléments qui ont quelque peu gâché mon immersion dans Rapture (attention aux spoilers !) :

En premier lieu, on a l’utilisation des modélisations des bouteilles de Vigors (toniques en VF) pour les plasmides (bon ça, à la rigueur, ça pourrait passer) et des bouteilles de Salts (cristaux en VF) pour l’Eve… et là, ça ne va pas du tout ! J’imagine que c’est de la fainéantise de la part d’Irrational Games, mais lorsque l'on fait patienter plusieurs mois ses joueurs, on peut quand même modéliser un injecteur de seringues d’Eve… Le fait d'avoir une bouteille convient à Columbia mais pas à Rapture, où l'aspect « injection » renforçait le côté malsain de la chose et le comportement de junkie des splicers. On a comme seule justification un enregistrement de Suchong mentionnant Fink qui peine à convaincre, tant on aurait préféré un lien avec le premier Bioshock.

Le deuxième point noir, c’est bien sûr le Skyhook qui ne s’inscrit pas bien dans Rapture. Là aussi, on nous donne une explication (un peu bancale aussi, d’ailleurs) pour justifier sa présence. Certes, je comprends qu’il nous faille une arme sans munition (surtout lorsqu’on débute la partie purement FPS avec 3 balles dans le chargeur, ahah) mais j’aurai préféré quelque chose de plus rapturien, qui soit plus en corrélation avec la mission principale (pourquoi pas une clé anglaise, qui aurait servi à verrouiller les bouches d’aération et auraient été un petit clin d’œil sympathique à Jack).

Il reste un troisième point noir dans l’infinitisation de Rapture, et c’est peut-être bien celui qui m’a agacé le plus, mais…

 


Attention, méga spoiler en vue !

 
Je n’ai aucun souci avec l’apparition de failles de par la présence d’Elizabeth, mais lorsque la dite faille fait apparaitre un patriote motorisé, là ça m’ennuie énormément, surtout lorsqu’il est proposé dans le combat contre Big Daddy.

Eh oui, peut-être suis-je trop pointilleuse, mais pour moi ce patriote tombe vraiment comme un cheveu sur la soupe ; non seulement il ne s’intègre pas du tout au contexte et à l’univers (un patriote d’une Columbia de 1912 conversationniste et ancrée dans un aveuglement religieux apparaissant dans une Rapture de 1958 capitaliste et libéraliste, seriously ?). Au moins, la présence des deux éléments précédemment cités ont eu droit à un semblant de justification… même si cette Rapture n’est peut-être pas tout à fait la même que celle de Bioshock du fait des multivers, un peu plus de cohésion (et de fan-service, on ne va pas mentir) auraient été les bienvenus.

J’avoue que mon ennui s’est en plus accentué car la présence du patriote et des rails pour le Skyhook facilitent grandement le combat contre le Big Daddy et le rend moins épique (sincèrement, dans Bioshock premier du nom, je n’ai jamais battu M. Bubbles aussi facilement que là…)

 

Tout cela peut sembler bien négatif, mais la DLC en elle-même est très plaisante, elle peut paraître certes un peu répétitive, surtout si l’on fait le parcours en ligne droite (personnellement, j’ai tellement trainé que je n’ai pas vraiment eu ce ressentiment). Elle remplit cependant bien son rôle de 1ère partie et, pour une DLC assez –voire très- courte, l’histoire se tient et est bien racontée à travers plusieurs éléments distillés tout au long de l’aventure. On retrouve ce plaisir de chercher et de trouver, par rapport à la surface à couvrir, de nombreuses ressources (4 bouteilles d’améliorations, 9 équipements et 14 enregistrements audio pour ma part). La fin, même si on pouvait s’y attendre de par le développement in game, surprend quand même un peu, et donne surtout envie d’attaquer la partie 2.

En conclusion, malgré ses défauts, Burial At Sea a été à mon sens une bonne expérience de jeu, même si elle aurait mérité d’être un peu plus travaillée dans ses finitions.